Une première monographie internationale

L’exposition du Quadrilatère – Centre d’art de Beauvais est la première rétrospective consacrée à Santiago Borja, tout à la fois architecte, plasticien et chercheur. Né en 1970 à Mexico, où il vit, Santiago Borja est un voyageur. Depuis une quinzaine d’années, il sillonne le monde et présente son travail dans de prestigieuses biennales et institutions.

SSL du Totemic Sampler (bois, laine, coton), 2018, œuvre produite à l’Atelier Calder, Saché.

Un dialogue entre la modernité occidentale et les traditions amérindiennes

La démarche de l’artiste interroge notre perception des objets et des architectures emblématiques de la culture occidentale du XXe siècle : le divan de Sigmund Freud, une villa de Le Corbusier, des motifs minimalistes de l’artiste Sol Lewitt… Au fil de chaque intervention, il déconstruit les représentations attachées à ces « icônes modernes », pour tisser de nouvelles significations à la lumière d’autres traditions et croyances.

Santiago Borja n’agit pas en iconoclaste : il croise les points de vue, entremêle les cultures, pour favoriser des influences mutuelles et enrichir le champ de l’expérience et des savoirs.

Légendes images ci-dessous

Légendes images ci-contre

1. Cosmosgonie suspendue (SITIO), 2011

2. 3. 4. 5. SITIO, installation in situ réalisée à la villa Savoye (Poissy) en 2011. Ensemble de maquettes, photographies et oeuvres textiles

6. 7. Divan / Free Floating Attention Piece, installation in situ réalisée à Londres en 2010. Ensemble d’oeuvres.

8. 9. Fort da / Sampler, installation in situ réalisée à Los Angeles en 2010. Ensemble d’oeuvres.

10. Humo, installation, 2021

Légendes images ci-dessous

Légendes images ci-contre

1. 2. 3. 4.  Suprasensible – Des corps astraux et des plans invisibles, 2015-2020

5. 6. Empreinte (pata de perro), oeuvre murale in situ – Le Quadrilatère, 2021

7. 8. Totemic Sampler, installation, 2018. Ensemble de maquettes, dessins et oeuvres textiles.

Art contemporain et synthèse des arts

Réunissant les projets majeurs de l’artiste, l’exposition donne à lire la richesse d’un langage esthétique porté par un idéal de synthèse des arts et montre l’étendue des médiums mobilisés : peinture, graphisme, maquettes d’architecture, sculptures, œuvres textiles.

A la croisée des chemins, au carrefour des histoires et des géographies, l’exposition « Premier contact » nous rappelle ainsi le pouvoir de l’art, ou cette capacité infinie à éveiller l’esprit, à ressourcer l’imaginaire, à tisser des liens inattendus entre l’intime et le monde.

Focus : deux productions inédites

Jungcatcher II présente deux grands cerceaux de bois imbriqués dans lesquels l’artiste a patiemment tissé des filets. L’œuvre entremêle un attrape-rêve géant et un vaste diagramme de Carl Jung dessiné dans les années 1920 pour illustrer sa théorie de la psychologie analytique.

En donnant à voir les deux motifs entremêlés, l’œuvre fait converger deux manières d’appréhender la psyché humaine : une faisant appel à la magie, l’autre aux outils d’analyse « rationnels » élaborés par les sciences humaines.

Réalisées en janvier 2021 pendant la résidence de Santiago Borja à Beauvais, deux œuvres inédites, Jungcatcher II et A Cosmos, ont été co-produites par Le Quadrilatère et le Frac Grand Large – Hauts-de-France ; elles intègreront la collection du Frac à l’issue de l’exposition.

Légendes images ci-dessous

Légendes images ci-contre

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. Jungcatcher II, installation, 2020. Oeuvre co-produite par Le Quadrilatère et le Frac Grand Large.

9. Un cosmos, installation, 2020. Oeuvre co-produite par Le Quadrilatère et le Frac Grand Large.

Légendes images ci-dessous

Légendes images ci-contre

1. 2.  Daniel Buren, La Cabane éclatée n°10 (détail), 1984-1985. Collection Frac Grand Large.

3. 4. Ettore Sottsass, Astéroïde, 1968. Collection Frac Grand Large.

5. Hans Haacke, Blue Sail, 1965. Collection Frac Grand Large.

6. Aurélie Nemours, Quatuor JF, 1988. Collection Frac Grand Large.

7. André Cadere, Round wooden bars, 1975. Collection Frac Grand Large (en vis à vis des oeuvres de Santiago Borja)

Art minimal et horizon suprasensible

L’exposition est prolongée par une dizaine d’œuvres issues de la collection du Frac Grand Large — Hauts-de-France qui entrent en résonance avec les questionnements de Santiago Borja sur la « géométrie spirituelle », l’espace et sa perception. Liées au courant de l’art minimal, ces œuvres sont signées d’artistes majeurs du XXsiècle : Daniel Buren, André Cadere, Hans Haacke, Ugo Rondinone, Aurélie Nemours, Ettore Sottsass.

Exposition produite par Le Quadrilatère – Centre d’art de Beauvais avec les oeuvres de Santiago Borja et une sélection d’oeuvres de la collection du Frac Grand Large — Hauts-de-France. 

Commissariat  : Lucy Hofbauer et Aurélien Vernant

Ressources en téléchargement

Communiqué de presse de l’exposition Santiago Borja. Premier contact 

Dossier de presse de l’exposition Santiago Borja. Premier contact

Livret de l’exposition Santiago Borja. Premier contact

Livret pédagogique de l’exposition Santiago Borja. Premier contact

Programme de la journée d’études Entrelacs